Position de l'OEA sur la situation en Haïti
0 3 min 4 mths

Lors d’une réunion de l’Assemblée générale de l’Organisation des États américains (OEA) sur Haïti, le jeudi 6 octobre 2022, à Lima, au Pérou, les pays membres ont réaffirmé leur solidarité avec Haïti. Ils ont plaidé en faveur des solutions élaborées par et pour les Haïtiens et de la nécessité de promouvoir une assistance ciblée au profit du peuple haïtien.

Lima, le 8 octobre 2022.- Sous la co-présidence du Canada, des États-Unis et d’Haïti, les 19 pays de l’Organisation des États américains (OEA) se sont réunis à Lima, au Pérou, le jeudi 6 octobre 2022, afin de discuter de la façon dont la communauté internationale peut aider à répondre à la crise haïtienne, informe l’Organisation à travers un communiqué de presse publié le 7 octobre.

L’Organisation des États américains (OEA) réitère son soutien à Haïti« Nous réaffirmons notre solidarité avec Haïti, l’importance de promouvoir des solutions élaborées par et pour les Haïtiens et la nécessité de promouvoir rapidement une assistance ciblée et des mécanismes de collaboration visant à obtenir des résultats durables au profit du peuple haïtien », lit-on dans le communiqué de presse.

Ils s’engagent à travailler en étroite collaboration afin de rétablir un climat de paix en Haïti, tout en condamnant les abus commis par les gangs armés. Ils exhortent les partis en conflit à immédiatement mettre en place des couloirs humanitaires et à rétablir l’approvisionnement en carburant à partir du terminal de Varreux, ainsi qu’en eau potable afin de répondre aux besoins de base de la population haïtienne et de permettre aux hôpitaux de répondre à la montée des cas de choléra dans le pays.

« Nous affirmons notre engagement à aider les Haïtiens à surmonter les défis sécuritaires complexes auxquels le pays est confronté, et appelons la communauté internationale à fournir une assistance robuste en matière de sécurité, y compris le renforcement de la Police nationale d’Haïti ».

Les pays membres de l’OEA encouragent toutes les parties prenantes de la société haïtienne, incluant les femmes et les jeunes, à continuer un dialogue de politique inclusif, pacifique et constructif afin d’identifier une solution politique viable et durable. Car disent-ils, ans un tel accord, le rétablissement de la sécurité restera un défi, tout comme la tenue d’élections libres et justes.

Source: Vant Bèf Info (VBI)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *